Le SAME (lapon du Nord) - langue ouralienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le SAME (lapon du Nord) - langue ouralienne

Message par Admin le Dim 15 Juin - 13:27

Le same



D'après la plupart des linguistes finno-ougristes, dont Hans-Hermann Bartens de la faculté Georg-August de Göttingen, « professor emeritus » spécialiste du same, il y aurait pour le lapon quatre groupes majeurs répartis de la façon suivante :

– Same du nord (davvisámegiella), avant tout en Norvège mais également en Suède et en Finlande. Avec près de vingt-cinq mille locuteurs, c'est le plus pratiqué parmi tous les parlers

– Same du sud (lullisámegiella), principalement en Suède

– Same central d'Ume (ubmisámegiella), en Suède
– Same central de Pite (biđonsámegiella ou bihtánsámegiella), en Suède
– Same central de Lule (julevsámegiella), en Suède, là encore

– Same de l'est d'Inari (anárašgiella), en Finlande
– Same de l'est de Skolt (nuortalašgiella), dans le nord de la Finlande et en Russie
– Same de l'est de Kildin (gjelddasámegiella), dans la partie médiane de la péninsule russe de Kola
– Same de l'est de Ter (darjjesámegiella), dans la partie orientale de Kola
– Same de l'est d'Akkala (áhkkilsámegiella), qui était parlé jusqu'en décembre 2003 à Babinsk, dans la même péninsule de Kola
– Same de l'est de Kemi, éteint depuis plus d'un siècle




– Bonjour (le matin) : buorre iđit [buor.re iðit]
– Bonjour (dans la journée) : buorre beaivi [buor.re bäjvi]
– Bonsoir : buorre eahket [buor.re ähket]
– Bonne nuit : buorre idja [buor.re idja]
– Salut : dearvva [därav.vå]
* Nota : la petite lettre [a] indique qu'elle est à peine ébauchée, servant de voyelle de liaison, phénomène propre aux dialectes sames. Il en va de même pour [o]...
– Au revoir : báze dearvan [badze därvån] (à l'adresse d'une personne) ; báhcci dearvan [baht.tsi därvån] (à l'adresse de plus d'une personne)
* Nota : si l'on part, on emploie la formule báze/báhcci dearvan et ceux qui restent répondent alors mana dearvan !
– Comment vas-tu ? ; comment allez-vous ? : mo manná? [mo mån.na] ; bures? [bures]
– S'il te plaît ; s'il vous plaît : leage buorre [läge buor.re] ; leage nu ustitlaš [läge nu ustidlaš]
– Merci : giitu [kiitu]
– De rien : vissa [vis.sa]
– Excuse-moi ; excusez-moi : ándagassii [andågås.si]
– Oui : gal [gal] ; joo [joo]
– Non : ii [ii]

– 0 : nolla [nollå]
– 1 : okta [oktå]
– 2 : guokte [kuokte]
– 3 : golbma [kolobmå]
– 4 : njeallje [njäl.lje]
– 5 : vihtta [viht.tå]
– 6 : guhtta [kuht.tå]
– 7 : čieža [čiežå]
– 8 : gávcci [kaoft.tsi]
– 9 : ovcci [oft.tsi]
– 10 : logi [logi]


Notes relatives à la prononciation phonétique entre crochets (l'accent tonique est indiqué en gras) :

– [ä] = son identique au « ä » du finnois päivä, c'est-à-dire intermédiaire entre [a] et [e] ouvert ;
– [å] = son intermédiaire entre le [a] et le [o] ouvert ;
– [j] = yod, ou semi-voyelle en tous points identiques au « j » du finnois ou de l'allemand dans jauho et Jodel ;
– [ð] = articulé comme le « delta » (δ) du grec moderne, lui-même assez proche du « th » de l'anglais this. Ce son est transcrit dans la graphie same normalisée de la sorte : đ ;
– [ž] = comme le « j » français de jour mais avec plus de tension, ce qui le rapproche sensiblement du « ж » russe de жук, par exemple ;
– [š] = comme « ch » français de chat ;
– [c] = comme le « ts » de tsar ;
– [č] = comme le « tch » français de Tchad mais plus mouillé, plus précisément quasiment comme le « ч » du russe час ;
– [.] = indique que la double consonne qu'il sépare doit être prononcée double, chacune des lettres devant sonner distinctement, comme en finnois.

Le same était une langue à l'origine orale et les linguistes qui furent les premiers à s'y intéresser étaient principalement scandinaves : ainsi, par exemple, Niels Vibe Stockfleth, Konrad Hartvig Nielsen et Knut Bergsland étaient norvégiens, pour citer trois pères fondateurs de la linguistique finno-ougrienne... Pour le codifier, ils ont donc tout naturellement recouru à certains signes diacritiques de leur(s) langue(s), en dehors de « đ » et de « ŋ » qui relèvent plus d'une graphie phonétique que d'autre chose ou encore des accents aigus qui désignent les voyelles longues...

Toujours est-il que les caractères employés dans cette fiche sont parfaitement réguliers, même si les façons de noter le lapon sont parfois diverses ou déroutantes à première vue, en l'occurrence celle du dialecte de Kildin en usage dans la péninsule de Kola...  :=):

Le « å » se rencontre principalement en same de la région de Luleå (julevsáme) mais je ne l'ai choisi que pour des raisons de commodité et strictement phonétiquement, d'où les crochets qui indiquent qu'il s'agit d'une prononciation « figurée »...
avatar
Admin
Admin

Messages : 117
Date d'inscription : 30/05/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://belangue.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum